Valeo : savoir refuser une hausse de rémunération de 59% du PDG

Valeo_CEO_Compensation

Que doivent faire les actionnaires face à une société à la performance financière excellente sur l’exercice, à la bonne transparence  sur le sujet de la rémunération mais dont la rémunération totale du Président passe de 3,3M€ en 2015 à 5,3M€ en 2016, soit +59%?

Simplement dire NON…

La rémunération totale de l’excellent Jacques Aschenbroich,  PDG de l’équipementier automobile Valeo, augmente de 59% et s’élève pour 2016 à 5,3M€, soit 30% de plus que la médiane des rémunérations totales des dirigeants du CAC40.

Certes le secteur automobile est désormais autant connu pour l’optimisation à outrance des tests de pollution que pour l’optimisation des rémunérations de ses dirigeants. Ainsi Proxinvest note que cette rémunération est en ligne avec la médiane des dirigeants du secteur Automobile en Europe. Elle représente tout de même 266 SMICs en base 39h, et Jacques Aschenbroich rejoint donc le cercle très prisé des dirigeants dont la rémunération excède le plafond de la rémunération maximale socialement acceptable de 240 SMIC défini par Proxinvest dès 2005.

Alors que Proxinvest considère que le cumul des fonctions de Président du conseil et de Directeur Général n’est pas une pratique de gouvernance souhaitable, le conseil d’administration se sert au contraire de cette évolution malheureuse pour justifier d’une hausse de la rémunération fixe de 11%, considérant qu’il y a élargissement des responsabilités. Avec de telles incitations financières au cumul de responsabilités discordantes, nul  besoin de chercher pourquoi la France est un des rares pays où l’on trouve encore des directeurs généraux qui président le conseil d’administration chargé de les superviser…

La hausse du fixe a un effet  mécanique inflationniste sur le bonus annuel calculé en pourcentage du fixe et plafonné à 170% du fixe, un montant qui n’est pas conforme aux recommandations de Proxinvest.

La moitié de la nouvelle rémunération est composée d’actions gratuites de performance pour 2,7M€.

Pour cet exercice 2016, les actionnaires disposent d’un avis consultatif en résolution 9 conformément au code AFEP-MEDEF. Pour 2017, ils disposent d’un vote contraignant en résolution 10 grâce à la Loi Sapin 2 mais la politique de rémunération ne bouge pas pour 2017, le mal est fait et la rémunération totale pourrait structurellement rester au delà de 5M€…

Valeo possède à ce jour la 34ème capitalisation boursière du CAC40, il n’y a aucune raison de soutenir une telle hausse de rémunération qui le placerait au 10ème rang selon notre dernier rapport annuel sur la rémunération des dirigeants.

On regrettera sur ce dossier le manque de dialogue, d’écoute et de concertation préalable avec les investisseurs de la part du président du comité des rémunérations, George Pauget, également administrateur référent. Difficile d’être sévère sur une hausse de 2M€ de rémunération chez Valeo après avoir fait perdre la bagatelle de 9 milliards d’euros aux actionnaires de Crédit Agricole en acquérant la banque grecque Emporiki?


Print Friendly
Publié dans Non classé Tagués avec : , , , , ,