Engagement actionnarial pour aligner SHELL avec les objectifs de l’Accord sur le climat de Paris

Shell_wind farmsLe 23 mai 2017, les actionnaires de SHELL seront invités à approuver une proposition d’actionnaire présentée par Follow This pour demander au conseil de fixer et de publier des objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre qui sont alignés sur l’objectif de l’Accord de Paris sur le climat.

Follow This est un groupe néerlandais représentant des actionnaires qui détiennent collectivement 388 980 actions dans Shell. Le groupe est parrainé par plusieurs organisations, y compris le producteur de thermostat intelligent, Quby et les conseillers en infrastructure durable APPM Management Consultants. Leur slogan est “Change the world, buy Shell shares”.

Ces actionnaires ont soumis la proposition suivante: les actionnaires soutiennent Shell pour prendre le leadership dans la transition énergétique. Par conséquent, les actionnaires demandent à Shell de définir et de publier des objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) alignés avec l’objectif de l’Accord sur le climat de Paris de limiter le réchauffement climatique à un niveau inférieur à 2 ° C. Ces objectifs de réduction des émissions de GES doivent couvrir les opérations de Shell ainsi que l’utilisation de ses produits (scope 1, 2 et 3) sur la base de délais à moyen terme (2030) et à long terme (2050). Les actionnaires demandent que les rapports annuels comprennent davantage d’informations sur les plans et les progrès pour atteindre ces objectifs. Pour plus d’informations, le texte intégral de la proposition se trouve dans l’Avis de convocation de la Société, disponible ici: http://www.shell.com/investors/retail-shareholder-information/annual-general-meeting.html .

Le conseil d’administration de SHELL recommande aux actionnaires de voter contre cette proposition. En général dans les assemblées générales, la plupart des actionnaires votent comme leur demandent les administrateurs. Les administrateurs affirment que la société travaille déjà aux objectifs de l’Accord de Paris et qu’elle a une stratégie claire, résiliente dans un monde de 2 ° C, qui établit un chemin clair et concurrentiel, participant aux efforts mondiaux visant à créer un avenir à faible teneur en carbone. Dans sa réponse à la résolution, Shell a noté que l’établissement d’objectifs spécifiques d’émissions de GES «affaiblirait et limiterait sa flexibilité pour s’adapter» et que «imposer des cibles à un seul fournisseur dans ce système complexe ne remédiera pas au défi réel (comme cela ne réduirait pas les émissions du système globalement, les clients se tourneront simplement vers des fournisseurs alternatifs), cela nuirait également à notre capacité à jouer un rôle actif dans la transition et entraverait la création de valeur à long terme pour la Société et ses actionnaires. » En outre, la Société a réitéré explicitement la nécessité de politiques gouvernementales globales qui créeraient la certitude nécessaire aux investissements dans des projets à faibles émissions de carbone et qui déplacerait la demande vers des énergies à faible teneur en carbone. Il estime que le moyen le plus efficace de déclencher un changement de demande vers une énergie à faible teneur en carbone est le fait de «mécanismes de tarification du carbone à l’échelle de l’économie» et de «réglementation de l’utilisateur final». Shell a actuellement une stratégie pour réduire les émissions de GES, mais elle ne repose pas sur la réalisation de cibles spécifiques. La répartition actuelle des émissions est la suivante: en aval (raffineries et usines chimiques) 45%; Production de produits pétroliers, gaz et gaz à liquides à 50%; Activités d’expédition 2%. Les émissions directes de GES de la Société (Portée 1) sont passées de l’équivalent de CO2 de 72m à 70mt au cours de l’année. L’acquisition de BG a augmenté les émissions indirectes de GES (scope 2) en raison de l’achat d’électricité, de chaleur et de vapeur) de 9mt à 11mt équivalents de CO2. Les émissions totales de GES ont donc augmenté de 80mt à 81mt équivalents de CO2. En outre, Shell a estimé que les émissions de CO2 provenant de l’utilisation de sa raffinerie et de ses produits naturels par d’autres (scope 3) s’élèvent à 600 millions de tonnes en 2016, soit moins de 2% des émissions mondiales.

Le message de SHELL est clair : nous ne sommes pas seuls, imposer d’abord des réglementations pour tous, ensuite nous essaierons de faire ce que nous pouvons en matière de transition énergétique mais ne nous demandez pas de définir des objectifs chiffrés cohérent avec l’accord de Paris. Bref, Shell essaie de gagner du temps…

Dans son rapport sur le développement durable, Shell a révélé comment il prévoit réduire ses émissions de GES: réduction du brûlage; Stockage de capture de carbone dans les sables bitumineux canadiens (équivalent CO2 de 1 million de tonnes), désinvestissements (ex: au Nigeria et au Royaume-Uni), améliorations opérationnelles dans les installations. En mars 2017, la Société a vendu sa participation de 60% dans le projet Athabasca Oil Sands (AOSP), l’intérêt de 100% dans le complexe Peace River et plusieurs autres actifs de sables bitumineux en Alberta au Canada. La Société continue d’investir dans la R & D pour soutenir sa transition énergétique à travers ses Shell Technology Ventures (STV), Shell TechWorks (STW) et Shell GameChanger. En 2016, Shell a investi un peu plus d’un milliard de dollars dans ces initiatives liées à la transition énergétique, ce qui paraît faible par rapport à son budget d’investissements de 26,9 milliards de dollars (à l’exclusion de BG) et au regard d’actifs qui s’élèvent à près de 281 milliards de dollars à la fin de l’année. Il est évident que la stratégie visant à réduire son empreinte carbone repose fortement sur la transition vers le gaz naturel, surtout après l’acquisition de BG, et beaucoup moins sur les énergies renouvelables.

Comme pour la résolution demandant d’utiliser le produit de l’exploitation pétrolière pour investir dans les énergies renouvelables présentée par Follow This lors de l’AG de 2016 (2,78% des actionnaires ont voté en faveur), cette proposition est admirable mais manque un peu de détails. Voici ici un des principaux problèmes auxquels se confrontent tout actionnaire actif : bien que les actionnaires aient besoin de plus de détails pour bien comprendre les enjeux, certaines agences de conseil de vote et de nombreux investisseurs, par exemple le plus grand, Blackrock, ont voté contre la résolution externe l’année dernière parce qu’ils l’ont jugé trop prescriptive et comme une tentative des actionnaires de micro- manager l’entreprise. A refuser de vouloir challenger le conseil d’administration sur des sujets précis, les actionnaires risquent de ne pas prendre position sur des sujets clés de long-terme. La nouvelle Directive européenne sur les droits des actionnaires obligera les investisseurs à définir une politique d’engagement actionnarial. Ces politiques d’engagement actionnarial ne pourront être efficaces qu’à condition de convaincre la majorité silencieuse des investisseurs d’arrêter de voter systématiquement contre les résolutions externes d’actionnaires sur la simple raison que le conseil d’administration n’est pas d’accord. Cet excès de confiance dans les conseils d’administration a entraîné un manque d’engagement actionnarial qui a entraîné les plus grandes catastrophes dans le passé: manque de contrôle des risques, mauvaises pratiques de gouvernance, rémunérations excessives ou injustifiées, business models non cohérents avec le respect de la planète.

Bien sûr, les investisseurs et sociétés cotées ne sont que co-responsables, nous croyons aussi qu’il incombe aux gouvernements de coordonner leurs efforts et de fixer leur contribution à l’échelle nationale comme convenu à la COP21. Dans cette optique, une lettre signée le 8 mai 2017 par 217 investisseurs institutionnels représentant plus de 15 milliards de dollars d’actifs a d’ailleurs appelé les pays du G7 et du G20 à respecter leurs engagements à l’Accord de Paris et à atteindre leurs promesses de réduction de CO2 avec une extrême urgence. Les signataires, entre autres, CalPERS, le contrôleur de la ville de New York, certains clients de Proxinvest et Ethos, partenaire de Proxinvest, ont exhorté les leaders mondiaux à:

  • Continuer à soutenir et à mettre en œuvre les plans d’actions nationaux de l’Accord de Paris et les plans climatologiques de 2050;
  • Diriger les investissements dans la transition à faible émission de carbone;
  • Mettre en place des cadres d’information financière liés au climat;

Proxinvest croit qu’il est primordial pour les majors pétrolières, comme Shell de jouer un rôle fondamental dans un avenir peu polluant en honorant et mettant en œuvre les engagements pris dans le cadre de l’Accord de Paris. Shell a progressé vers la réduction de ses émissions de GES ces dernières années et nous croyons que SHELL est capable de définir des objectifs de réductions d’émissions possibles qui doivent être alignés avec les objectifs de l’Accord sur le climat de Paris tel que prévu par cette résolution. En outre, nous croyons que la Société dispose des ressources et de la capacité de bilan pour aintensifier l’investissement dans les énergies renouvelables et pour compléter son orientation stratégique sur le gaz naturel. En conséquence, nous recommandons aux actionnaires d’approuver cette résolution 21 lors de l’AG de Shell.


Vous pouvez obtenir le rapport de Proxinvest/ECGS en utilisant notre formulaire de contact.

Print Friendly, PDF & Email
Publié dans Actualités, Assemblées Générales, ECGS - Europe, Engagement Tagués avec : , , , ,