Publication du rapport Proxinvest sur la rémunération des dirigeants en 2015

rapport-remuneration-proxinvest-2016Communiqué Proxinvest 

Publication du dix-huitième rapport de Proxinvest « La Rémunération des Dirigeants des sociétés du SBF 120 »

Paris, le 9 novembre 2016

  • Un niveau de rémunération record en 2015

Le rapport de Proxinvest sur la rémunération des dirigeants en 2015 observe l’atteinte d’une rémunération totale record de 3,5M€ en moyenne pour les Présidents exécutifs du SBF 120, en hausse de 20%.

La rémunération moyenne totale des Présidents exécutifs du CAC 40 atteint même 5M€, en hausse de 18%, ce qui excède désormais la rémunération maximale socialement acceptable définie à 240 SMIC par Proxinvest (4,8M€).  Cette rémunération plafond souhaitée par Proxinvest est désormais dépassée par 26 Présidents exécutifs du SBF 120 contre 16 en 2014.

Pour mémoire, le rapport Proxinvest valorise l’ensemble des formes de rémunération des dirigeants attribuées au titre de l’exercice 2015 (fixe, bonus annuel, jetons, avantages en nature, stock-options et actions gratuites de performance à leur date d’attribution, intéressement en numéraire et autres formes indirectes de rémunération).

Toutes les composantes de la rémunération participent à cette générosité des conseils d’administration pour leur principal dirigeant: +4% pour les rémunérations fixes au sein du SBF 120, +23% pour les rémunérations variables de court terme, +33% pour les actions gratuites de performance (avant les effets de la Loi Macron). Les deux-tiers de la rémunération des dirigeants du SBF 120 restent malheureusement de court-terme.

Les performances économiques observées en 2015 semblent justifier certaines réserves sur l’ampleur de l’augmentation et sur les niveaux observés. Ainsi, l’indice CAC 40 aura vu des performances contrastées en son sein. Globalement, il aura grimpé de 8,5% en 2015, le chiffre d’affaire cumulé aura baissé de 3%, le résultat opérationnel cumulé de 7% et les bénéfices nets cumulés de 11%.

 

  • Pour la première fois depuis 2005, les cinq premières places du classement bénéficient d’une rémunération supérieure à 10M

Le Directeur Général de Sanofi, Olivier Brandicourt, prend dès son arrivée la tête du classement avec 16,8M€, dont 7,2M€ de « primes de bienvenue » octroyées sous la forme d’indemnités et d’actions gratuites de performance.

Deuxième du classement, Gilles Gobin, fondateur de Rubis, aura bénéficié de la quote-part d’un dividende d’associé commandité égal à 3% de la hausse de la capitalisation boursière sur l’année qui, ajoutée à la rémunération déclarée par la société de 2,3M€, fait grimper le coût total à 16,4M€ selon Proxinvest qui réclame une modification statutaire des modalités de calcul.

Troisième du classement, Carlos Ghosn, double Président de Renault et Nissan, présente la double particularité d’une double rémunération non validée par ses actionnaires. Malgré ce rejet de l’assemblée générale, le conseil d’administration de Renault aura décidé de maintenir cette rémunération inchangée et n’aura annoncé fin juillet qu’une réduction de 20% de la rémunération variable annuelle, maigre baisse de 2% seulement de son package de rémunération totale Renault-Nissan de 15,6M€.

Bernard Charlès, Directeur Général de Dassault Systèmes, voit sa rémunération totale augmenter de 31% et atteindre 14,1M€. Grâce à un programme « d’association au capital », il est le plus gros bénéficiaire d’actions gratuites parmi les dirigeants du SBF 120 (11,7M€).

Jean-Pascal Tricoire, Président Directeur Général de Schneider Electric, arrive, malgré une année 2015 décevante, en cinquième place du classement en raison de l’abandon de son régime de retraite supplémentaire. En effet, l’augmentation de 86% de sa rémunération totale, qui atteint 10,4M€ pour 2015, s’explique principalement par la compensation financière liée à cette renonciation.

 

  • Bilan des votes « Say On Pay » aux AG 2016: la préférence des actionnaires pour des rémunérations modérées et les premiers rejets en France

Lors de cette troisième saison de Say On Pay (vote consultatif des actionnaires en assemblée générale sur la rémunération), les investisseurs auront exprimé leur préférence pour des rémunérations modérées. Ainsi les trois rémunérations du CAC 40 les plus élevées (Sanofi, Renault, Schneider Electric) auront obtenu les scores d’approbation les plus faibles, respectivement 63%, 46% et 58%. A l’inverse, les quatre plébiscites les plus élevés du CAC 40 ont été obtenus dans des sociétés ne dépassant pas 2M€ de rémunération totale (Bouygues, Orange, Legrand, Klépierre).

Le taux d’approbation moyen des actionnaires sur les votes « Say On Pay » passe de 88% à 89% et le taux d’approbation de Proxinvest s’élève à 39,7% contre 32,2%. La baisse du taux d’opposition de Proxinvest témoigne de l’amélioration des pratiques par certaines sociétés, notamment en matière de transparence (57% d’opinion favorable de Proxinvest aux AG 2016 du CAC 40)  mais le lien entre rémunération et performance méritera d’être mieux démontré dans le futur (37% d’opinion favorable seulement de Proxinvest sur le lien rémunération-performance aux AG 2016 du CAC 40).

Pour la première fois en France, des assemblées générales auront refusé d’approuver la rémunération totale de leur dirigeant. Outre la rémunération de Carlos Ghosn (Renault), la rémunération de Patrick Kron (ex-Alstom) et des dirigeants de Solocal auront aussi été rejetées par leurs actionnaires, rejets sans conséquence juridique. L’instauration d’un vote souverain de l’assemblée générale était souhaitée par Proxinvest lors de la publication de son précédent rapport. L’initiative parlementaire visant à restaurer les droits de contrôle des actionnaires sur le sujet de la rémunération des dirigeants dans le cadre de la Loi Sapin 2 est donc la bienvenue.

 


 

Pour toute question sur le rapport :

Secrétariat Proxinvest : 01.45.51.50.43 – secretariat@proxinvest.fr

Alexandra Gyarmati, Responsable de l’étude – agyarmati@proxinvest.fr

Loïc Dessaint, Directeur Général – ldessaint@proxinvest.fr

Proxinvest est une société de conseil de vote aux investisseurs spécialisée sur les questions d’assemblées générales, de gouvernement d’entreprise et d’engagement actionnarial.

Le rapport de PROXINVEST peut être commandé et sera disponible à partir du 16 novembre 2016 auprès de la Librairie LDEL/JUSTICIA.


Print Friendly
Publié dans Assemblées Générales, Rémunérations Tagués avec : , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,