Proxinvest publie une relecture de la gouvernance et des finances du groupe RALLYE CASINO suite à l’affaire Muddy Waters

Suite à l’alerte de Muddy Waters de décembre 2015 sur le groupe français de distribution Rallye Casino de Jean-Charles Naouri, Proxinvest a finalisé son analyse de la gouvernance et de la structure financière.

La contestation des comptes par l’analyste américain  mérite une relecture. La complexité des liens intra-groupe et les divers manquement aux règles de communication et de contrôle des opérations réglementées présentent un risque certain de prélèvements sur le patrimoine de actionnaires sinon de solvabilité.

Ce rapport spécial de 50 pages, daté au 19 février 2015, est disponible en anglais pour 3 000€ HT.

Le rapport sera délivré par email ou courrier sans frais supplémentaire.

Vous pouvez vous procurer ce rapport en version PDF en l’achetant via le bouton ci-dessous. Si vous ne disposez pas de compte Paypal, optez pour “je n’ai pas de compte paypal” dans la page suivante et régler par carte bancaire. Le rapport vous sera ensuite délivré.


your delivery email:


Le fonds Muddy Waters a-t-il raison contre Jean-Charles Naouri ? Les comptes du groupe sont-ils douteux ? Y-a-t-il risque pour les actionnaires comme pour les prêteurs?

Ce fonds spéculatif américain venu poser ses lignes dans les eaux troubles du groupe Rallye-Casino expose brutalement des doutes sur sa capacité de remboursement mais indirectement aussi l’appauvrissement des minoritaires du groupe au profit de son animateur par le biais de cet endettement devenu excessif et de transactions incontrôlées qu’autorise le laxisme actuel du contrôle des conventions réglementées.

Le hedge-fonds très bien nommé de Carson Block, Muddy Waters, a fait fort en annonçant le 16 décembre 2015 par un communiqué documenté sa position à la baisse sur les titres émis par le groupe de distribution Casino et sa maison mère Rallye: ” Nous avons pris une position short sur l’action de Casino qui ne nous semble pas valoir plus de 6,91 euros, soit 86,2% de son cours actuel. Nous vendons aussi les obligations de Casino qui ne ou paraissent pas mériter leur note S&P en raison de l’endettement excessif du groupe au regard de son cash-flow. Nous vendons de même l’action de Rallye surévaluée qui nous semble valoir zéro euros dans les circonstances actuelles, ainsi que ses emprunts pour lesquels Rallye sera probablement en défaut en 2017.”
Rien de moins.

Cette attaque est sans doute le plus remarquable procès jamais fait contre le capitalisme de LBO et de conflits d’intérêts que nous vaut le régime de banque universelle.  Rappelons que Jean-Charles Naouri,  l’ancien Directeur de Cabinet de Pierre Bérégovoy à l’origine de la réforme bancaire de 1983,  après un premier LBO sur Moulinex, heureux pour ses initiateurs et moins gai pour ses salariés, était parvenu, appuyé par la Banque Rothschild son partenaire de toujours, à prendre le contrôle majoritaire de Casino, notamment par le jeu de l’empilement de holdings et par le droit de vote double. Par sa holding Euris  detenue à 92,36% il contrôle Finatis qui détient avec ses filiales Foncière Euris (89,25% et 94,37%) qui détient à son tour Rallye, la maison mère de Casino (55,4% en direct avec 71% des droits de vote) premier actionnaire de Casino (48,4% en direct avec 60,4% des droits de vote), premiers actionnaire de Mercialys (40, 3% en direct, 45,8%  instruments, dérivés inclus).

L’ analyste américain  pour expliquer les catastrophiques cours d’objectifs qu’il rend public souligne et démontre que les marges apparentes du groupe Rallye-Casino constituant son EBITDA, ne peuvent à l’avenir suffire à couvrir les besoins financiers de son endettement consolidé. A défaut d’autres informations sur les ressources des holdings de l’animateur, il annonce donc la catastrophe pour le cours  de ces deux sociétés.

Le groupe français a réagi par une conférence d’analystes, pour insister sur la solidité de son modèle, mais ses décisions récentes de cessions massives d’actifs, suivies par la dégradation début janvier de sa notation par S&P, enfin la chute impressionnante des deux actions Rallye et Casino malgré la très belle vente de Big C au Thaïlande ont déjà donné raison à l’analyste américain décomplexé.
Monsieur Carson Block de Muddy Waters soupçonne sans doute aussi, comme d’autres analystes curieux, qu’une part non négligeable des marges du groupe Casino trouve directement ou par des voies détournées le chemin des sociétés personnelles de J.C.Naouri…

De tels flux financiers, occultes ou non, à la main de l’animateur, peuvent certes lui permettre  d’annoncer un rétablissement prochain des marges et de rassurer ses banquiers personnels sur la solvabilité finale. Mais ces même flux, peut-être massifs, auront privé et priveront encore les  actionnaires minoritaires de Rallye et de Casino du revenu normal de leur investissement.

 

PARIS  22 février 2016

Print Friendly
Publié dans Actualités, Assemblées Générales, Engagement, Gouvernance-BOD Tagués avec : , , ,