En réponse à Larry Fink, président de Blackrock

En réponse au patron de à Blackrock , et suite à son intervention publique sur les excès du court termisme  Proxinvest, en tant que managing partner de la plateforme ECGS Ltd., a écrit la lettre suivante :

Cher Larry:

ECGS est, comme vous le savez, la seule agence de conseil de vote européenne multi-contributeurs, et comme tel nous participons activement ax débats euroépens sur les marchés et sur la gouvernance. Nous tenons ici à vous féliciter ici pour ce message fort de Blackrock pour les investisseurs et les émetteurs en ce qui concerne le paiement éventuel de dividendes excessifs et la pratique parfois incontrôlée  du rachat d’actions!

Notre expérience à ECGS, en tant qu’analyste des sociétés cotées, est que les actionnaires devraient faire meilleur usage de leur droit de vote à chaque fois que ces questions sont  posées en assemblée générale. Nous soutenons également pleinement au ECGS votre action contre le court-termisme, votre suggestion d’un engagement plus fort du Conseil et d’une baisse des impôts sur les revenus de capitaux détenus sur le long terme.

Nous proposons trois suggestions allant dans le sens de  l’engagement de Blackrock pour  le long terme. En matière de rachat d’actions, nous pensons que Blackrock devrait également convaincre les universitaires, les professeurs des business schools et des journalistes financiers pour arrêter de confondre les rachats et annulation d’actions avec un quelconque “retour aux actionnaires”. Tout en soutenant l’utilisation raisonnée des rachats d’action, nous pensons que cette confusion avec le paiement d’un dividende, ou sa qualification de distribution est un parfait non-sens puisque l’actionnaire vendeur du titre aura simplement  vendu son actif n’aura en aucune façon reçu un revenu de distribution.

Le deuxième point que nous aimerions suggérer, ce est que la préférence pour les stratégies de  long terme et pour l’actionnariat de longue garde ne devrait en aucun cas fausser la démocratie des actionnaires, comme c’est malheureusement le cas avec les droits de vote multiples pratiquées par les émetteurs et le recours aux prêts et emprunts de titres pratiqués par les investisseurs. Pour encourager la détention de long terme et mettre fin à ces pratiques perverses, nous vous recommandons que Blackrock encourage les entreprises à revenir au principe «une action, une voix» et procèdent l’émission sur une base régulière de loyalty warrants ou bons de fidélisation, tels qu’ils ont été conçu par l’association d’un professeur à Columbia University et d’un chercheur de Amundi  . *

Nous avons enfin un souci avec la politique de Blackrock et sa réputation  d’investisseur responsables alors que sa politique d’engagement semble exclure toute participation au dépôt de résolution auprès d’autres investisseurs actifs à long terme. Nous étions récemment désolés que votre équipe ait dû décliner de rejoindre certaines propositions de résolution préparé par les investisseurs à long terme. Nous espérons que cela va changer dans l’avenir.

 

J’ai hâte de vous voir bientôt à la conférence ICGN à Londres ou ici tout moment à Paris et je reste

sincèrement vôtre.

Pierre-Henri Leroy

Chairman  Proxinvest Sas, managing partner ECGS Ltd.

 

* Voir   Journal of Applied Corporate Finance Summer 2013  LLoyalty-Shares: Rewarding Long-term Investors  Shares Bolton Samama   Journal of Applied Corporate Finance Summer 2013 Loyalty-Shares: Rewarding Long-term Investors 

Print Friendly, PDF & Email
Publié dans Droit des sociétés, ECGS - Europe, Engagement, Gouvernance-BOD Tagués avec : , , , ,